Antoine Jaquier

Légère et court-vêtue

« Découvrir les Parisiens affectés à ce point me bouleverse. Des mecs m’expliquent que mes robes légères deviennent politiques. Ma crinière démesurée qu’on disait m’as-tu-vu est aujourd’hui assimilée à un signe fort de liberté – on n’arrête pas de m’en féliciter. Mes gambettes et mes escarpins feraient rempart à l’extrémisme radical pour les plus exaltés. Ma frivolité est d’un coup perçue courageuse. En d’autres termes : je suis une cible. Continuer à s’amuser semble être le mot d’ordre même s’il sonne parfois creux dans ce milieu. Que peut-on faire d’autre de toute manière ?

C’est décidé, je continuerai à vivre bien maquillée, court vêtue et riant à gorge déployée – jusqu’à ce qu’on me la tranche. »

" La seule chose qui ne soit ni légère ni court-vêtue dans ce livre, c'est la nature de notre humaine condition." Philippe Djian